Poudres de lait
L'importance d'une approche intégrée et préventive de l'hygiène de production



Entre 2004 et 2005, trois épidémies liées à la consommation de préparations lactées en poudre destinées à des nourrissons ou à des personnes âgées se sont produites en France. Suite à ces incidents, les autorités de tutelles ont demandé à l'Afssa une réflexion sur l'efficacité des méthodes d'échantillonnage et d'analyse mises en œuvre par les professionnels.

L'enquête réalisée suite à ces épidémies a révélé que toutes étaient liées à des contaminations microbiologiques qui n'avaient pas été détectées lors des contrôles effectués par les industriels avant la sortie des produits finis de l'usine. Plusieurs hypothèses pouvaient expliquer cette observation : la faible contamination des lots, le caractère ponctuel de la contamination et/ou l'inefficacité des méthodes de détection employées. Il est également apparu que l'environnement des chaînes de production des préparations en poudre pouvait être contaminé par les bactéries ayant causé ces épidémies (Salmonella et Enterobacter sakazakii).
Suite à ces constats la Direction générale de la santé (DGS), la Direction générale de l'alimentation (DGAL) et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ont saisi l'Agence afin de dégager des recommandations pratiques destinées à améliorer la maîtrise des micro-organismes impliqués dans les épidémies de 2004 et 2005 et plus généralement contre les bactéries de cette famille (
Enterobacteriaceae). Cette analyse a fait l'objet d'un rapport. Complémentaires de ce travail, des recommandations en matière d'hygiène pour la préparation et la conservation des biberons en crèche et en établissement hospitalier ont été émises en juillet 2005. (documents ci-contre)

Un rapport nourri par l'expérience des professionnels

L'Agence a analysé le processus de fabrication des préparations lactées en poudre pour nourrissons et personnes âgées afin d'identifier les voies potentielles de contamination.
Le rapport décrit ainsi le fonctionnement d'une usine de fabrication. Les méthodes d'analyse, leur efficacité et leur validation ainsi que les plans d'échantillonnage destinés au contrôle de ces produits y sont également présentés. Pour répondre aux questions posées, l'Agence s'est appuyée sur l'étude de la littérature scientifique mais également sur l'expérience et la connaissance des professionnels du secteur. Ainsi, les membres du groupe de travail ont auditionné des représentants de sept entreprises françaises et multinationales, fabricants de préparations lactées en poudre ou fournisseurs de matières premières. Ils ont également pu visiter une usine de production.

Bien que la contamination des préparations lactées par les micro-organismes considérés soit très faible, il ressort de ce travail que les méthodes d'échantillonnage des lots, préconisées par la réglementation, ont une efficacité limitée et ne peuvent à elles seules garantir l'innocuité des produits. Afin de remédier à cette situation,
l'Afssa souligne l'importance du maintien d'un niveau d'hygiène globale élevé et d'un haut niveau de vigilance, notamment par un respect rigoureux des bonnes pratiques et la surveillance d'indicateurs d'hygiène.

Les recommandations

L'Afssa recommande ainsi aux professionnels d'adopter une approche intégrée et préventive de l'hygiène de production et souligne l'importance des mesures de maîtrise des micro-organismes. Dans ce but, l'Agence recommande au gestionnaire du risque de fixer des objectifs de performance tels que définis par le
Codex alimentarius, et d'en contrôler le respect de façon continue. De manière complémentaire, l'Afssa recommande aux professionnels de s'appuyer sur des prélèvements environnementaux tout au long du processus de fabrication pour surveiller l'efficacité des mesures mises en place. Complémentaires des recommandations en matière de contrôle microbiologique, l'Agence a également émis des recommandations relatives aux plans d'échantillonnage à utiliser par les professionnels pour suivre la qualité microbiologique de la production.




Mai 2008

Evaluation des risques microbiologiques
STEC
Biofilm
Avis et/ou rapports relatifs à ce thème :
Pour en savoir plus...
Consommateurs :<BR>Préparer un biberon
Toxoplasmose
Définitions
Objectif de performance : fréquence maximale et/ou concentration maximale d'un micro-organisme présenté par un aliment à une étape donnée de la chaîne alimentaire précédant la consommation et qui assure ou contribue à assurer la réalisation d'un objectif de sécurité alimentaire.
Objectif de sécurité alimentaire : fréquence maximale et/ou concentration maximale d'un micro-organisme présenté par un aliment au moment de sa consommation et qui assure ou contribue à assurer le degré approprié de protection de la santé.
D'après le manuel de procédure de la Commission du Codex alimentarius
Poudres de lait
Hygiene alimentaire
Nutrition Composition
Risques physico-chimiques
Eaux de comsommation courante
Etudes et enquetes alimentaires
Alimentation humaine
Marquer cette page
Rechercher sur le site
retour à l accueil
English version
Version française
Rubrique Consommateurs
Risques physico-chimiques  Etudes et enquetes alimentaires  Nutrition  Biofilm  Bonnes pratiques  Consommateurs : preparer un biberon  Poudres de lait  Hygiene des aliments & risques biologiques  Rubrique consommateurs  Eaux  Stec  Retour a l accueil  Toxoplasmose  Evaluation des risques microbiologiques