Glossaire
Flux RSS Faq   Glossaire   
Glossaire > Définitions



  E

Eco-épidémiologie ou épidémiologie environnementale
Domaine particulier de l'épidémiologie qui a pour objet d'apprécier la réalité et l'ampleur de l'impact sanitaire des facteurs environnementaux qu'ils soient d'origine biologique, physique ou chimique.

 

Ecosystème
Unité d'organisation biologique composée de tous les organismes présents dans un espace donné et présentant des interactions entre eux et avec le milieu physique. Un écosystème est constitué par l'association dynamique de deux composantes en constante interaction: d'une part un environnement physico-chimique, géologique, climatique ayant une dimension spatio-temporelle définie : le biotope ; d'autre part un ensemble d'êtres vivants: la biocénose. Un écosystème évolue avec le temps, même en l'absence de perturbation extérieure.

 

Ecotoxique
Propriété d'une substance de provoquer des effets néfastes sur les organismes vivants ou leur physiologie (effet au niveau biochimique) et leur organisation fonctionnelle (écosystème). Pour l'homme ou les mammifères, on parle plutôt de toxicité (humaine ou animale).

 

Effet sanitaire
Conséquence d'un effet biologique qui met en danger le fonctionnement normal d'un organisme et peut donc représenter une menace pour la santé de la personne.

 

Effets biologiques
Changements d'ordre physiologique, biochimique ou comportemental qui sont induits dans un organisme, un tissu ou une cellule en réponse à une stimulation extérieure.

 

Efficacité (d'un appareil de climatisation)
Rapport entre l'énergie thermique transportée et la consommation électrique. Cette efficacité est supérieure à 1 et de l'ordre de 3 pour des appareils de performance moyenne.

 

Endémie
Présence habituelle d'une maladie, ou de tout autre problème de santé, dans une région ou auprès d'une population donnée, avec un taux de prévalence ou d'incidence plus élevé que dans d'autres régions ou d'autres groupes de population.

 

Epidémie
Apparition dans un temps donné et auprès d'une population donnée d'un nombre de cas de maladies ou de tout autre évènement de santé ; ces cas apparaissent de manière inattendue et en grand nombre. L'épidémie est clairement limitée dans le temps et dans l'espace. Elle se manifeste par un nombre inhabituellement important de cas en des endroits où ordinairement elle n'est pas présente ou par une augmentation considérable du nombre de cas alors que la maladie présente normalement un caractère endémique.

 

Epidémiologie
Science qui étudie la distribution, la fréquence et les déterminants des maladies, des blessures ou de tout autre évènement de santé, auprès d'une population et qui applique les données révélées par l'étude au contrôle de ces problèmes de santé. Initialement, l'épidémiologie était la science des épidémies des maladies contagieuses, mais elle s'est développée et englobe désormais tous les domaines influençant la morbidité et la mortalité. L'épidémiologie tente de décrire les différents facteurs (biologiques, environnementaux, mode de vie, soins de santé) qui influencent la santé en recherchant les causes et/ou les interventions efficaces.

 

Epigénétique
Se dit de toutes les modifications (ou facteurs) transmissibles à la génération suivante qui n'atteignent pas la séquence d'ADN (méthylation, prions, etc.). Leur transmission au cours des divisions cellulaires peut s'effectuer de manière non Mendélienne. Le mode de transmission des caractères héréditaires d'un individu obéit aux lois de Mendel quand l'hérédité est basée sur la transmission d'un seul gène sous un mode dominant, récessif ou lié au chromosome sexuel X (ou Y). 

 

Etude cas-témoins
Etude qui compare le niveau d'exposition à un agent particulier ou à un facteur de risque d'un groupe de personnes présentant une maladie ou un évènement (cas), à un autre groupe de personnes, similaire autant que faire se peut au premier groupe, mais qui n'est pas atteint par la maladie étudiée (témoins).

 

Etude de cohorte (Etude d'incidence)
Etude dans laquelle un groupe de personnes (saines ou ne présentant pas de signe de la pathologie étudiée) est suivi pendant un certain temps. Les sujets choisis sont répartis en différents groupes d'exposition, au début ou pendant l'étude. Cette population est suivie pendant une certaine période et les incidents sont identifiés. Les études de cohorte sont également appelées étude de suivi ou étude d'incidence ou étude longitudinale.

 

Evaluation d'impact sanitaire
Une évaluation d'impact sanitaire (EIS) est une étude d'évaluation des risques visant à estimer les effets sur la santé des populations d'une situation d'exposition existante, passée ou future. Pour un niveau d'exposition, un type d'effet sanitaire (par exemple, le cancer du poumon) et une période donnés, l' EIS permet d'estimer le nombre de cas « attribuables » aux effets de la pollution (atmosphérique par exemple) à partir de relations exposition risque préalablement établies. Les cas attribuables sont exprimés par rapport à un niveau d'exposition de référence, et sont donc potentiellement évitables si les niveaux de pollution étaient ramenés à ce niveau de référence.

 

Evaluation du risque sanitaire
Des « évaluations du risque sanitaire » sont conduites afin de déterminer l'excès de risque de développer une maladie du fait d'une exposition spécifique à un polluant (atmosphérique par exemple). L'évaluation du risque sanitaire (ERS) est un processus que l'on décompose par convention en 4 étapes.

 

1. L'identification du danger (qui traduit le danger potentiel du polluant considéré) décrit les troubles biologiques ou les pathologies susceptibles d'apparaître du fait des propriétés intrinsèques d'un polluant ; elle décrit aussi le degré de vraisemblance de la relation causale entre l'exposition au polluant et le développement de ces troubles et pathologies (le « poids de la preuve »).

 

2. La relation « dose-réponse » (on dit aussi « exposition-risque ») décrit mathématiquement l'association entre une dose d'exposition et la réponse observée (l'apparition d'un effet sur la santé, c'est-à-dire la présence d'un risque) sur une période de temps donnée.

 

3. L'importance des excès de risque pour la santé dépend non seulement du « danger » (tel que défini plus haut), mais aussi du niveau d'exposition et de sa durée (intensité de l'exposition) ainsi que de sa fréquence. La détermination de ces paramètres fait partie de l'évaluation de l'exposition.

 

4. La caractérisation du risque utilise les résultats des étapes précédentes afin de décrire le type et l'amplitude de l'excès de risque attendu du fait des conditions d'exposition au polluant identifié au sein d'une population, considérée dans sa diversité. Elle intègre également une discussion sur les incertitudes associées aux estimations du risque.

 

En France, la démarche d'évaluation du risque est réglementairement appliquée dans le domaine des sites et sols pollués comme dans celui des « études d'impact » auxquels sont soumis les installations industrielles classées pour la protection de l'environnement, les grands projets d'aménagement et les infrastructures routières. Des guides méthodologiques ont ainsi été publiés : guide du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) pour les sites et sols pollués, guide de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (INERIS) pour les installations classées et guide de l'Institut National de veille sanitaire (InVS) pour l'ensemble des installations soumises à étude d'impact.

 


Excès de risque
Un excès de risque (ER) correspond au risque supplémentaire dû à une exposition spécifique (appelons la Rexpo) par rapport au risque dans une population de référence (« non exposée » à ce facteur spécifique) soumise au « bruit de fond » (Rfond). Il convient le plus souvent de parler en terme d'excès de risque car, habituellement, un problème de santé résulte de la combinaison d'un ensemble de facteurs de risque, et non de l'action exclusive d'un facteur unique. ER = Rexpo - Rfond

 

Autrement dit, le « risque » en l'absence de l'exposition particulière qui nous intéresse est rarement nul (il y a d'autres facteurs qui contribuent à ce risque qui constituent ainsi le « bruit de fond » sur lequel se surajoute l'effet propre de l'exposition).

 

Expert
Personne dont la compétence, l'indépendance et la probité lui valent d'être formellement reconnue apte à effectuer des travaux d'expertise (selon la norme NF X 50-110).

Expertise
Ensemble d'activités ayant pour objet de fournir à un client, en réponse à la question posée, une interprétation, un avis ou une recommandation aussi objectivement fondés que possible, élaborés à partir des connaissances disponibles et de démonstrations accompagnées d'un jugement professionnel

Note : Les démonstrations incluent essais, analyses, inspections, simulations, etc (selon la norme NF X 50-110).

Expertise collégiale
Expertise réalisée par un collège d'experts choisis par chacune des parties clientes à une question déterminée, ou l'autorité compétente, l'expertise étant conduite sous la responsabilité collective des experts

Note : Un expert est chargé de la coordination des travaux d'expertise. Le collège d'experts est un organisme d'expertise au sens de la présente norme (selon la norme NF X 50-110).

Expertise individuelle
Expertise réalisée par un seul expert sous sa propre responsabilité

Note : L'expert est un organisme d'expertise au sens de la présente norme (selon la norme NF X 50-110).

Expertise institutionnelle
Expertise conduite sous la responsabilité propre d'une institution et réalisée par un ou plusieurs experts habilités par elle-même

Note : L'institution est un organisme d'expertise au sens de la présente norme (selon la norme NF X 50-110).

 

Exposition (humaine)
On peut la décrire comme la co-existence d'un individu et d'un polluant dans le même micro-environnement. L'exposition s'exprimera différemment suivant le mode d'exposition considéré: par exemple en concentration moyenne inhalée, ou bien en quantité de polluant ingéré par jour et par kilogramme de poids corporel.

 


Exposition à un polluant
L'exposition d'un individu à un polluant peut être définie par la quantité de polluant en contact avec un individu au cours d'une période donnée (courte ou longue) ; on peut aussi la décrire comme la co-existence d'un individu et d'un polluant dans le même micro-environnement (le domicile, le lieu de travail, le véhicule etc.) au cours de cette période. L'effet biologique et sanitaire de cette exposition est liée à la nature du polluant (propriétés physico-chimiques ou (micro-)biologiques), à la susceptibilité propre de l'individu (personne ou moment d'exposition plus ou moins sensible), à l'intensité, à la durée (toute la vie ou pendant un laps de temps plus court) et à la fréquence (continue, répétée ou non dans le temps) de l'exposition.

 


Copier le lien vers cette page