Flux RSS FAQ   Glossaire   
Actualité


5 avril 2005
Evaluation des risques pour la santé humaine liés à une exposition au fipronil

Cette évaluation a été conduite au sein d'un groupe d'experts conjoint rassemblant des compétences dans les divers domaines scientifiques examinés.

L´Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) et l´Agence française de sécurité sanitaire environnementale (Afsse) ont évalué, à la demande des ministres en charge de l´agriculture, de la santé, de la consommation et de l´environnement, les incertitudes scientifiques sur le risque pour la santé humaine pouvant résulter des diverses sources d´exposition au fipronil : produits phytosanitaires, biocides et médicaments vétérinaires (traitement anti-parasitaire externe des animaux domestiques).

 

Les effets éventuels du fipronil sur l'environnement, notamment sur les abeilles n´ont pas été examinés dans le cadre de cette étude, des travaux auxquels est associée l´Afssa (à travers son laboratoire de Sophia-Antipolis) étant engagés par ailleurs.

Cette évaluation des risques du fipronil pour la santé est fondée sur les données toxicologiques des dossiers de mise sur le marché des phytosanitaires et des médicaments vétérinaires ainsi que sur les données de surveillance recueillies : données de toxicovigilance humaine et vétérinaire des Centres Antipoison, données de surveillance des professionnels de la Mutualité Sociale Agricole et des industriels producteurs.

L´analyse de l´ensemble de ces données a conduit le groupe d´experts à considérer qu'il n'y a pas actuellement d'élément indiquant que l'exposition au fipronil constitue un risque pour la santé de l'homme, dans les conditions d'emploi préconisées pour chaque type de produit.

Les éventuels effets du fipronil sur la fonction thyroïdienne ont été examinés avec une attention particulière. Les données expérimentales disponibles ne sont pas évocatrices d´un possible effet du fipronil sur cette fonction chez l´homme. Toutefois, afin d'écarter avec un niveau de certitude suffisant un éventuel effet à long terme sur le taux d´hormones thyroïdiennes, le groupe d´experts recommande que des travaux complémentaires soient réalisés, notamment par des mesures de ces hormones dans le cadre du suivi des personnes professionnellement exposées au fipronil, associées au contrôle plasmatique de marqueurs de l'exposition actuellement réalisé.

En raison de la diversité des sources et voies d'exposition et de la combinaison possible, en situation normale, d'expositions prolongées, sub-aiguës et aiguës, une évaluation globale de l´exposition au fipronil n´a pas pu être réalisée. Cependant, pour une source et une voie d'exposition données, des modèles ont été développés pour estimer les expositions (par inhalation, voie orale/alimentaire ou cutanée) selon différents scénarios.

Les résultats des modélisations d´exposition, fondées sur des hypothèses maximalistes, permettent de formuler les conclusions suivantes.

L´exposition alimentaire théorique au fipronil reste, pour l´adulte, dans les limites de sécurité définies, quel que soit le scénario. En revanche, pour l'enfant en bas-âge fort consommateur de lait, l'exposition théorique peut, dans certains scénarios, dépasser la dose de référence toxicologique. Cependant, les dosages de fipronil réalisés par l´Afssa dans une quarantaine de laits de consommation courante montrent que le niveau de résidus mesuré est très inférieur à la valeur maximale théorique de résidus retenue dans la modélisation. L´estimation de l´exposition calculée avec le niveau de résidus mesurés dans le lait, vecteur alimentaire majeur pour le jeune enfant, est alors bien inférieure à la dose de
référence toxicologique.

L'évaluation européenne du fipronil actuellement en cours ne considère que les seuls usages maïs et tournesol. Si d'autres usages étaient envisagés ultérieurement, il conviendrait de s'assurer qu'ils ne remettent pas en cause les conclusions de la présente analyse en terme d´exposition alimentaire.

Pour les expositions des adultes liées d´une part au contact avec des animaux traités par des médicaments vétérinaires, et d´autre part à l'utilisation de produits phytosanitaires et biocides à l'usage des particuliers, les marges de sécurité ont été jugées suffisantes compte tenu des hypothèses maximalistes des scénarios. En revanche, les marges de sécurité étant plus faibles pour l´enfant, il est important d'alerter les utilisateurs sur le respect des précautions d'usage de ces produits au regard du risque éventuel pour les jeunes enfants.

Pour les agriculteurs et les professionnels de la désinsectisation, il serait souhaitable que les modélisations de l´exposition soient complétées par une surveillance biologique du type de celle effectuée chez les professionnels des usines de production et de traitement de semences.

Le groupe d´experts ne peut que souligner l´insuffisance des données disponibles sur la contamination des denrées alimentaires. Ces données auraient permis d´estimer une exposition alimentaire réaliste au fipronil parallèlement aux expositions théoriques maximalistes calculées. De manière plus générale, l'exemple de cette évaluation souligne l´importance de disposer de données réelles de contamination afin d´améliorer la validité des estimations fournies par les modèles. 

 

 En savoir plus :

 

 Télécharger le rapport

 
 

 

 

 


Copier le lien vers cette page