Flux RSS FAQ   Glossaire   
Actualité


22 octobre 2007
Comptoir des Minéraux et des Matières Premières situé à Aulnay-sous-Bois (CMMP) en Seine St Denis : Informations pour les populations riveraines ayant habité au voisinage du CMMP entre 1938 et 1975

Le CMMP a été autorisé en 1938 à exploiter un atelier de broyage de minerais, notamment d'amiante. Les activités de broyage de l'amiante ont cessé en 1975 sur le site qui a été fermé définitivement en 1991.

la suite de signalements par des associations, les autorités sanitaires ont saisi l'Institut de Veille Sanitaire. La Cellule interrégionale d'épidémiologie d'Ile de France, dépendant de cet institut, a réalisé une étude très spécialisée de l'impact des rejets d'amiante dans l'environnement sur la santé des populations riveraines de l'usine pour déterminer si le fonctionnement de l'usine était à l'origine de pathologies liées à cette exposition environnementale à l'amiante et, dans l'affirmative, sur quel périmètre.

L'étude sanitaire conclut que l'activité du CMMP a engendré une exposition environnementale à laquelle on peut rattacher de façon totale ou partielle 11 cas de maladies liées à l'amiante (dont 4 cas de mésothéliome ou cancer de la plèvre et 7 cas de plaques pleurales).

Concernant la situation actuelle autour du site, une étude récente des niveaux d'empoussièrement dans la commune d'Aulnay, commandée par l'Etat, confirme que les concentrations en fibres d'amiante dans l'atmosphère sont aujourd'hui identiques à celles que l'on mesure dans d'autres villes non exposées. Cette étude conclut donc qu'il n'y a plus de risque spécifique pour les riverains.

Le ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, a décidé la mise en place d'un numéro d'appel téléphonique afin de permettre aux personnes ayant habité, de 1938 à 1975, à proximité de l'usine du Comptoir des Minéraux et des Matières Premières d'Aulnay sous Bois et qui ont pu être exposées à des poussières d'amiante, d'obtenir des informations complémentaires ainsi que tout renseignement sur les démarches à suivre. Celles-ci peuvent appeler ce jour à partir de 12 heures le numéro vert suivant : 0800 13 00 00.

S'agissant du suivi médical des personnes exposées à l'amiante, la Haute autorité de santé a été saisie par le ministre de la santé en août 2006 sur le bénéfice médical d'un dépistage ainsi que sur ses modalités. Une information des médecins est en cours par messagerie et par la mise en ligne, sur le site du ministère, d'un document d'information. Celui-ci rappelle les pathologies liées à une exposition à l'amiante et précise les examens qui peuvent être envisagés en fonction de l'état de santé du patient.

Une surveillance du mésothéliome existe déjà grâce au Programme National de Surveillance du Mésothéliome (PNSM) mis en place en 1998. Ce programme sera prochainement élargi à l'ensemble du territoire. En outre, le ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports met en place un groupe de travail réunissant des experts scientifiques afin de déterminer les études complémentaires qui, le cas échéant, devront être mises en oeuvre.

Le ministère rappelle que toute personne qui s'estime victime d'une pathologie liée à l'amiante (et leurs ayant droits) peut déposer une demande de réparation auprès du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante (FIVA).
Le site Internet http://www.fiva.fr/ fournit toutes les indications utiles.

 

 En savoir plus :

 

 Consulter sur ce sujet le dossier de l'amiante sur le site de la santé

 

 Lire l'étude de santé publique autour d'une ancienne usine de broyage d'amiante, le Comptoir des minéraux et matières premières à Aulnay-sous-Bois (Seine Saint Denis) > Pollution environnementale entre 1938 et 1975 : impacts sanitaires et recommandations (InVS)


 


Copier le lien vers cette page