Flux RSS FAQ   Glossaire   
Actualité


23 février 2010
Afsset / InVS : Groupe scolaire des Bourdenières de la commune de Chenôve (Côte D'Or)

Evaluation des risques sanitaires et élaboration de valeurs cibles pour des composés de traitement du bois (lindane, etc.) retrouvés dans l'environnement intérieur

Ce rapport est le fruit du travail réalisé par un Comité Scientifique et Technique coordonné par l'Institut de veille sanitaire (InVS) et l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) et chargé, à la demande du Ministère de la Santé en octobre 2007 d´apporter une expertise sanitaire sur le dossier de l´exposition à des produits de traitement du bois, des usagers de l´école des Bourdenières à Chenove (Côte D'Or).

 

 Contexte

 

Dans le cadre d'une campagne de mesures de pesticides dans l'air ambiant conduite en août 2007 par l'Afsset dans trois écoles de la commune de Chenôve (21300), des niveaux de contamination anormalement élevés de composés de traitement du bois (lindane et autres isomères de l'hexachlorocyclohexane, aldrine, dieldrine… ) ont été mis en évidence dans plusieurs classes de l'école élémentaire des Bourdenières.

 

Cette campagne a été réalisée suite à l'analyse par l'Afsset des mesures de pesticides en air extérieur et intérieur, conduites en août 2006, par l'association agréée de surveillance de la qualité de l'air de la région Bourgogne. En effet, des niveaux élevés de plusieurs composés de la famille des hexachlorocyclohexanes, notamment de lindane, avaient été mesurés dans une salle de classe. La campagne de mesures complémentaires menée en 2007 est allée dans le même sens que ces premiers résultats. De plus, elle a mis en évidence une contamination des poussières et du mobilier. L'échantillonnage des matériaux de construction a permis d'identifier la structure soutenant le plafond comme source d'émission principale.

 

Compte tenu de la toxicité potentielle de ces composés, de la vulnérabilité de la population concernée et d'une première appréciation des risques, l'Afsset a alerté les ministères de l'écologie, de la santé et du travail, le 6 septembre 2007.
Les risques d'intoxication aigüe liés à ces composés ont pu être rapidement écartés chez les enfants et le personnel fréquentant cette école. Il est apparu cependant nécessaire à l'autorité sanitaire d'estimer les risques sanitaires potentiels liés à une exposition chronique des usagers du groupe scolaire des Bourdenières (école élémentaire et école maternelle, dont le bâtiment présente les mêmes caractéristiques de construction) et, pour cela, de compléter les investigations
environnementales dans l'école. Dans ce contexte, à la demande du ministère chargé de la santé, le préfet de la région Bourgogne et le maire de Chenôve ont décidé la fermeture de l'ensemble du groupe scolaire des Bourdenières le 17 septembre 2007.

 

Parallèlement, sur proposition de l'InVS et de l'Afsset, un dispositif d'expertise collective et de gestion de la situation a été mis en place pour répondre à la demande de l'autorité sanitaire.

 

Ce dispositif était constitué de deux instances : un comité scientifique et technique (CST) chargé de l'expertise sur l'évaluation des risques sanitaires et une commission locale d'orientation et d'information (CLOI) chargée de suivre les travaux du CST et de transmettre l'information au public.

Afin de compléter les connaissances des niveaux d'expositions des usagers du groupe scolaire des Bourdenières aux produits de traitement des bois, de nouvelles campagnes de mesures des pesticides et autres composés soupçonnés d'être présents dans l'école, ont été réalisées à la demande de l'Afsset (en février et mai 2008). Pour ces campagnes, des mesures en conditions réalistes de ventilation et de ménage ont été conduites de manière à pouvoir estimer l'exposition dans les conditions les plus proches possibles des conditions d'usage des locaux.

 

 Evaluation des risques sanitaires : Conclusion et recommandations

 

Le Comité scientifique et technique a été chargé d'évaluer les risques sanitaires chroniques encourus par les usagers du groupe scolaire des Bourdenières et d'émettre des recommandations concernant l'intérêt d'un suivi sanitaire.
L'évaluation des risques réalisée a écarté l'hypothèse de la survenue d'effets sanitaires pour les usagers actuels, étant donné les concentrations des composés de traitement du bois mesurées dans le groupe scolaire des Bourdenières. Il n'apparaît donc pas pertinent de mettre en place un suivi sanitaire pour ces usagers.

 

Pour ce qui est des usagers exposés dans les premières années suivant la construction de l´école, l'analyse de l'information scientifique existante montre que l'apparition de cancers liés à l'exposition passée ne pourrait être évoquée que pour des expositions de plusieurs années à des niveaux d'exposition beaucoup plus élevés que ceux mesurés en mars 2008. Dans ces conditions, il n'y a pas lieu de mettre en place un suivi sanitaire spécifique pour les populations ayant fréquenté le groupe scolaire des Bourdenières.

 

Le rapport ne recommande pas non plus de mettre en place une étude épidémiologique qui ne pourrait apporter aucune information complémentaire à l´évaluation de risques. En effet, il faudrait suivre une population exposée de taille bien supérieure à celle des usagers de l'école pour pouvoir se prononcer sur des différences éventuelles quand à la fréquence des cancers au sein de cette population par rapport à la population générale.

 

Enfin, à l'issue de son expertise, le comité scientifique et technique recommande :

 

 le développement de méthodes, validées et standardisées, de prélèvement et d'analyse, des pesticides dans l'air et les poussières (sur les sols et le mobilier),

 

 l'acquisition de données et paramètres d'exposition de la population générale aux pesticides (alimentation, concentrations dans les milieux intérieurs et extérieurs, concentrations dans l'organisme) et aux poussières (exemple : taux d'ingestion de poussières dans les milieux intérieurs).

 

 Elaboration de valeurs cibles et vérification de leur respect

 

Suite à la fermeture du groupe scolaire des Bourdenières en septembre 2007, la Mairie de Chenôve a décidé de réaliser des travaux de remédiation sur la toiture des deux écoles du groupe scolaire afin de permettre la réouverture de l'école dans les meilleurs délais.

 

Dans ce contexte, le Comité scientifique et technique (CST) a été chargé de déterminer des critères permettant la réouverture du groupe scolaire. Les travaux ont abouti à la définition de valeurs cibles avec l'objectif de fournir aux gestionnaires un outil simple permettant de vérifier que les concentrations des produits de traitement du bois dans l'air ne dépassaient pas les niveaux permettant de protéger la santé de toutes les catégories de population fréquentant le groupe scolaire.

L'approche retenue par le CST repose sur la démarche d'évaluation des risques sanitaires. Elle prend en compte les scénarios d'exposition de la population et les concentrations dans les autres milieux d'exposition que le groupe scolaire.

Des valeurs cibles dans l'air intérieur de l'ensemble du groupe scolaire des Bourdenières ont été proposées pour l'-HCH, le lindane, le pentachlorophénol, les dioxines et furanes. Il s'agissait de la valeur la plus protectrice calculée sur l'ensemble des populations définies et pour tout le groupe scolaire.

Toutes les concentrations mesurées dans l'air intérieur du groupe scolaire des Bourdenières à l'issue des travaux de remédiation étaient inférieures aux valeurs cibles ce qui a permis la réouverture de l'école fin juin 2008.

 

 En savoir plus :

 

 Note descriptive : Résultats des campagnes de mesure de résidus de pesticides réalisées dans le groupe scolaire des Bourdenières de la commune de Chenôve (21300) en 2008

 

 Rapport d´expertise : Groupe scolaire des Bourdenières de la commune de Chenôve (21 300) - Elaboration de valeurs cibles et vérification de leur respect


 


Copier le lien vers cette page